Menu

Agressions et viols lors de festival : brisons le tabou


DĂ©but juillet 2017, les organisateurs d’un festival suĂ©dois annonçaient que la manifestation ne sera pas reconduite. En cause ? De nombreuses agressions sexuelles qui ont eu lieu lors de la derniĂšre Ă©dition.

Dans un communiqué de presse, il était expliqué :

« Certains hommes, car ce sont d’hommes qu’on parle ici, ne peuvent manifestement pas se comporter correctement. C’est une honte. »

Un Ă©vĂšnement regroupant plusieurs dizaines de milliers de personnes avec beaucoup d’alcool, c’est un terrain favorable pour des agressions.

Ce qui me surprend, c’est que c’était la premiĂšre fois que j’entendais parler de viols ou d’attouchements s’étant dĂ©roulĂ©s lors d’un festival.

En faisant quelques recherches sur Internet, je n’ai pratiquement rien trouvĂ© Ă  ce sujet. Alors j’ai dĂ©cidĂ© de mener l’enquĂȘte.

Je suis rapidement tombée sur de nombreux témoignages confirmant ces agressions.

Céline, agressée sexuellement au Hellfest 2017

Le premier tĂ©moignage sur lequel je suis tombĂ©e est celui de CĂ©line, 32 ans. Cette annĂ©e, elle s’est rendue au Hellfest pour la quatriĂšme fois. C’est un festival auquel elle est attachĂ©e pour son ambiance habituellement bon enfant.

Elle raconte :

« J’étais au concert de Red Fang et quelqu’un m’a soulevĂ© pour que je slamme, c’est-Ă -dire que la foule me porte sur elle. Tout le monde Ă©tait excitĂ©, il y avait une super Ă©nergie.

Et puis Ă  un moment donnĂ©, j’ai un peu basculĂ© en arriĂšre. Par rĂ©flexe, j’ai relevĂ© les jambes pour me rĂ©Ă©quilibrer et c’est lĂ  que j’ai senti un doigt passer sous mon short et se glisser dans mon vagin.

J’ai d’abord cru Ă  un accident
 Mais le gars qui a fait ça a rĂ©ussi Ă  fuir, il y avait trop de monde et j’ai fini par descendre plus loin.

Sur le moment, j’étais dans l’esprit du festival alors je n’en ai pas parlĂ© Ă  la sĂ©curité  Et puis je me disais que ça devait ĂȘtre qu’un cas isolĂ©, que ce genre de choses ne se passe normalement pas au Hellfest.

Et puis aprĂšs, j’ai pensĂ© que ça pouvait arriver Ă  des personnes plus fragiles alors j’ai dĂ©cidĂ© d’en parler sur un groupe Facebook dĂ©diĂ© au festival afin d’avertir les gens Ă  ce sujet.

Le message posté sur Facebook 

LĂ , plusieurs filles m’ont envoyĂ© des messages privĂ©s pour me raconter qu’il leur Ă©tait arrivĂ© la mĂȘme chose.

Un gars m’a dit avoir vu un groupe de mecs le faire. Quand c’est arrivĂ©, je pensais que c’était l’Ɠuvre d’un agresseur seul, mais aprĂšs coup je pense qu’il y avait plusieurs personnes qui le faisaient. »

En dessous de son message, les commentaires affluent. Elle n’est effectivement pas la seule Ă  avoir Ă©tĂ© agressĂ©e.

J’ai tentĂ© de joindre l’équipe du Hellfest. Pour l’instant, je n’ai pas reçu de rĂ©ponse.

Les agressions sexuelles peuvent arriver dans n’importe quel festival

Si cet exemple est frappant, des faits similaires peuvent arriver dans d’autres festivals.

CĂ©line raconte par exemple avoir pris la dĂ©cision d’arrĂȘter de se rendre Ă  Garorock, suite aux nombreux problĂšmes qu’elle y a rencontrĂ©s.

« Par exemple, une annĂ©e, un mec m’a attrapĂ© par les cheveux au milieu de la fosse, alors qu’il commençait a y avoir un mouvement de foule.

Il m’a dit : « Qu’est-ce que tu fais lĂ , salope ! » avant de me faire tomber.

Comme les gens couraient, je me suis fait piĂ©tiner. Je m’en suis sortie en mordant le mollet d’un mec afin qu’il me relĂšve


Une autre année, un gars a tenté de me tripoter. »

Lorraine a envoyĂ© Ă  madmoiZelle un autre tĂ©moignage sur le mĂȘme sujet. Cette annĂ©e, elle s’est rendue au festival des Ondes Messines, Ă  Metz.

« Le dernier concert s’est assez mal passĂ© pour une amie et moi. L’entrĂ©e Ă©tait filtrĂ©e, comme le requiert le plan Vigipirate, mais cela n’a malheureusement pas empĂȘchĂ© l’entrĂ©e de personnes mal intentionnĂ©es.

Ça a commencĂ© par des gens devant nous qui ont mis leur tĂ©lĂ©phone en mode selfie afin de nous filmer.

Puis, un groupe d’hommes s’est placĂ© Ă  cĂŽtĂ© de nous.

Au dĂ©but, il n’y avait que des regards insistants. Ensuite ils ont commencĂ© Ă  se coller de plus en plus Ă  nous jusqu’à attraper Ă  deux reprises les fesses de ma copine, puis les miennes.

Nous étions vraiment mal, alors nous sommes parties avant la fin du concert. »

À lire aussi : TĂ©moignage : J’ai assistĂ© Ă  une agression

Comment agir face Ă  ces agressions ?

AprĂšs avoir lu ces nombreux tĂ©moignages, je me suis demandĂ© ce que nous pourrions faire pour changer la donne. Par exemple : comment retrouver des agresseurs dans une foule, et, globalement, comment protĂ©ger le public d’un festival ?

Nous pourrions par exemple augmenter les effectifs de sĂ©curitĂ©. Les former Ă  rĂ©agir quand ils sont confrontĂ©s Ă  ce type d’agression, mais aussi Ă  savoir comment accueillir une victime.

En commentaire de l’article sur la fermeture du festival suĂ©dois, certain‱es proposaient Ă©galement d’engager plus de femmes vigiles et de crĂ©er des espaces non-mixtes au sein des festivals.

CĂ©line explique ne pas vouloir mettre la faute de son agression sur le dos du Hellfest. Elle prĂ©voit d’y retourner et de continuer Ă  slammer.

Elle aimerait contribuer à rendre les festivals plus sûrs :

« La sĂ©curitĂ© ne pourra pas ĂȘtre toujours vigilante sur tout, alors il me semble important que nous fassions tou‱tes attention Ă  ce qu’il se passe autour de nous.

Que nous soyons bienveillant‱es les un‱es envers les autres afin de profiter ensemble du festival. »

Ça me semble un bon dĂ©but.

Source

Partagez cette info