Menu

Après l’agression d’un policier, la problématique des « tâches indues » revient sur le tapis


L’agression subie par un policier en charge de la surveillance d’un détenu admis à l’hôpital fait réagir le syndicat Alliance. Ce jeudi après-midi, un policier pourtant très expérimenté s’est laissé berner par un détenu qui a réclamé un verre d’eau. Profitant de cette baisse de vigilance, le détenu a saisi la barre de fer sur roulettes sur laquelle sont accrochées les sacs de perfusion pour s’acharner sur son surveillant.  

Idriss Rangassamy, secrétaire départemental Alliance Police, est peu surpris de la survenue de cet acte d’agression vis-à-vis d’un fonctionnaire de police. Le syndicaliste rappelle que les policiers sont appelés sur des missions qui ne sont, historiquement, pas de leur ressort. La garde d’hôpital fait ainsi partie de ces « tâches indues », incombant aux policiers en lieu et place des agents de la pénitentiaire.

« En raison d’un effectif réduit dans la pénitentiaire, ce sont donc les policiers qui sont appelés à les suppléer », déplore le policier. Même schéma du côté des tours de garde de certains bâtiments officiels, explique-t-il.

« Ce n’était pas son boulot (en parlant de son collègue, ndlr) mais celui de la pénitentiaire dont les effectifs se réduisent et c’est donc la police qui le fait et il était tout seul. Le détenu en a profité pour s’évader », résume-t-il, sans grand étonnement, pour expliquer ce qui devait arriver un jour ou l’autre.

Alliance police nationale renouvelle son message d’inquiétude sur « le manque d’effectif » et renouvelle sa demande de « la fin des tâches indues. Les gardes d’hôpitaux, la préfecture, on le fait parce qu’on nous demande de le faire,… », rappelle-t-il.

UNSA Police: Cette mission de surveillance « relève de l’administration pénitentiaire »

Source

Partagez cette info