Menu

Di Marco, le roi du fait divers, se vend aux enchères


Atroce sans jamais ĂŞtre gore. HyperrĂ©aliste, mais jamais violent ni sanguinolent, noir et blanc oblige. Accidents, drames, sauvetages, agressions, meurtres, braquages, Ă©vasions, catastrophes, assassins, hĂ©ros… Les illustrations qu’Angelo Di Marco a rĂ©alisĂ©es des dĂ©cennies durant afin d’illustrer les pires faits divers de l’actualitĂ© sont autant d’Ĺ“uvres d’art du quotidien. Des portraits saisis tels des instantanĂ©s de cet instant oĂą la mort va frapper… ou non !

« En rĂ©fĂ©rence au Pulp amĂ©ricain, Angelo Di Marco restera sans doute Ă  jamais l’illustrateur de rĂ©fĂ©rence du fait divers français, Ă  l’image de ce qu’a Ă©tĂ© Aslan pour la pin-up ou Gourdon pour le roman policier », explique François Meyniel, l’expert chargĂ©, au sein de l’Ă©tude de maĂ®tre Cornette de Saint-Cyr, de la vente « Di Marco, l’atelier des faits divers », qui se dĂ©roule ce samedi Ă  Paris. « D’un coup d’Ĺ“il, il est possible d’identifier son style, et c’est la principale caractĂ©ristique d’un immense artiste ! »

Cinquante ans d’illustrations

DĂ©tective, France dimanche, mais aussi Le Figaro, Le Monde ou l’ÉvĂ©nement du jeudi… Nous avons tous vu un jour la une d’un des journaux de faits divers pour lesquels il travaillait. Son dĂ©fi quotidien : comment illustrer ce qui ne peut ĂŞtre montré ? Des annĂ©es 1950 aux annĂ©es 2000, ce travailleur acharnĂ© a produit des milliers de dessins, s’inspirant la plupart du temps des quelques lignes rapidement Ă©crites par les rĂ©dactions. Sa technique extraordinaire lui permettait de brosser avec un rĂ©alisme Ă©poustouflant les scènes les plus atroces, tout en Ă©vitant la violence de la photographie. Mais ses illustrations glamour ou Ă©rotiques sont tout aussi rĂ©alistes que les pires crimes qu’il a pu illustrer… Ses amoureux transis, baisers, Ă©treintes, scènes de mĂ©nage et autres adultères ont eux aussi fait les beaux jours de France dimanche, Voici, DĂ©tective, TĂ©lĂ©star ou Maximal.

Les titres de ses dessins, dont plusieurs centaines seront dispersĂ©s ce samedi, sont au passage autant d’histoires en une phrase : « DĂ©masquĂ© par sa treizième victime » ; « Le garçon de mĂ©nagerie dĂ©vorĂ© par ses lions » ; « Miracle en plein ciel » ; « La veuve, l’accident » ; « Pilot suicide en avion » ; « Il abat sa maĂ®tresse puis demande un café » ; « Elle demande le mariage, il l’Ă©gorge »… Pour quelques centaines d’euros l’illustration, les amateurs et collectionneurs vont pouvoir s’offrir un fait divers pris sur le vif.

« Di Marco, l’atelier des faits divers », samedi 17 juin 2017, Ă©tude de Me Cornette de Saint-Cyr,
www.cornette-saintcyr.com

Source

Partagez cette info