Menu

[Faits Divers] Le McDo de Duparc braqué pour 220 euros



SAINTE-MARIE. Samedi soir, un peu après 23 heures, deux hommes cagoulĂ©s et armĂ©s, ont fait irruption dans le McDonald’s de la zone d’activitĂ© de Duparc Ă  Sainte-Marie. Après avoir tirĂ© au moins un coup de feu en l’air, ils se sont emparĂ©s de deux fonds de caisse soit 220 euros avant de prendre la fuite.

Au moment du braquage, les derniers clients, une petite dizaine, terminent tranquillement leur repas tandis que les employĂ©s commencent le nettoyage de la salle et des cuisines en prĂ©vision de la fermeture de l’Ă©tablissement.

« On a entendu un gros bruit. Au dĂ©but, on n’a pas compris », a confiĂ© un tĂ©moin Ă  une radio locale. Un gros bruit provenant d’un tir. « Ensuite, on a vu deux hommes. Ils venaient de rentrer par la porte qui donne sur le Drive », poursuit encore le tĂ©moin.

Puis, tout s’accĂ©lère. « Celui qui portait un fusil s’est tournĂ© vers nous. Il nous a fait un signe de la main. L’autre, il est allĂ© directement vers les caisses. Il y en a un qui a dit, il reste 56 secondes. Celui qui Ă©tait aux caisses a pris l’argent, puis les deux hommes sont partis par le mĂŞme chemin », termine ce tĂ©moin.

Un second explique sur Facebook. « Ils Ă©taient deux. Il y en avait un qui Ă©tait cagoulĂ© tandis que le deuxième avait une capuche noire et une sorte de foulard qui lui couvrait le visage. » Les deux hommes prennent la fuite Ă  bord d’un vĂ©hicule qui avait Ă©tĂ© garĂ© directement sur le parking du Drive. « J’ai immĂ©diatement Ă©tĂ© prĂ©venu par mes employĂ©s », nous a racontĂ© le manager du restaurant. « Ils Ă©taient particulièrement choquĂ©s. Au final, ils n’ont pris que deux fonds de caisse soit 220 euros. Nous avons appelĂ© les gendarmes qui sont arrivĂ©s très vite. »

Les militaires de la compagnie de Saint-BenoĂ®t ont mis en place des barrages et ont fait appel Ă  l’hĂ©licoptère EC-145 de la section aĂ©rienne de la gendarmerie. Les techniciens en identification criminelle ont, dans le mĂŞme temps, effectuĂ© les premiers relevĂ©s.

MalgrĂ© le coup ou les coups de feu tirĂ©s en l’air, les techniciens n’ont pas dĂ©couvert d’impact(s) au plafond ou sur les murs du restaurant. Une plainte a Ă©tĂ© dĂ©posĂ©e, hier matin, et les gendarmes ont saisi les images des camĂ©ras de surveillance. MĂŞme si le braquage a Ă©tĂ© très rapide, les clients et les employĂ©s sur place ont Ă©tĂ© particulièrement choquĂ©s par la violence de l’agression. « Nous avons tous eu peur. J’ai cru que c’Ă©tait un attentat », explique un tĂ©moin. « Nous avons tous Ă©tĂ© choquĂ©s. Lorsque l’homme avec le fusil s’est tournĂ© vers nous, nous avons tous regardĂ© vers le sol. Il nous regardait fixement mais, il ne disait rien. On a tous eu très très peur. Mon amie et moi, nous avons cru que nous allions mourir », poursuit-elle. « Personne ne bougeait mais personne ne criait non plus. Lorsqu’ils sont partis, tout le monde est parti en courant. Certains ont mĂŞme oubliĂ© leur voiture sur le parking », termine la jeune femme.

Quelques clients, après le dĂ©part des braqueurs, sont allĂ©s se rĂ©fugier, de l’autre cĂ´tĂ© de la route, dans le fast-food concurrent. « J’ai vu des gens affolĂ©s venir dans le restaurant en expliquant qu’ils venaient d’y avoir une attaque au fusil Ă  pompe » raconte la gĂ©rante. « Je leur ai dit de venir. Mais, ils ne sont pas restĂ©s longtemps. C’est seulement vers minuit et demi, lorsque je suis sortie que j’ai vu qu’il y avait des gendarmes partout. »

MalgrĂ© cette attaque, la direction de McDonald’s RĂ©union a dĂ©cidĂ© d’ouvrir aujourd’hui. « Nous allons ouvrir normalement aujourd’hui (hier) », affirme le manager. « Nous avons des anniversaires prĂ©vus et nous allons tout faire pour que tout se passe bien pour les enfants. Mais, nous avons dit aux employĂ©s qui ont subi le braquage de ne pas venir travailler aujourd’hui. »

Si c’est la première fois que le fast-food de Sainte-Marie subit ce type d’attaque, ce n’est malheureusement pas la première attaque concernant cette chaĂ®ne de restauration rapide. Au dĂ©but des annĂ©es 2000, c’est celui du Port qui a fait l’objet de plusieurs braquages, le dernier datant du mois d’aoĂ»t 2014. Un jeune homme de tout juste 18 ans avait attaquĂ© le restaurant avec un sabre pour un butin de 50 euros. Le jeune majeur a Ă©tĂ© condamnĂ© Ă  quatre ans de prison ferme dans le cadre de la comparution immĂ©diate. En 2004, c’est celui de Saint-BenoĂ®t qui a fait l’objet d’un braquage de la part d’un jeune couple dont l’homme Ă©tait un ancien employĂ©. LĂ , avec 4 000 euros, le butin avait Ă©tĂ© un peu plus consĂ©quent. Tous les braqueurs avaient Ă©tĂ© très rapidement interpellĂ©s par les forces de l’ordre et lourdement condamnĂ©s.

Source

Partagez cette info