Menu

Faits divers | Londres : un véhicule fonce sur des piétons, un mort et huit blessés


6 h 53 : La Première ministre britannique Theresa May a déclaré ce lundi que la police considérait comme « une attaque terroriste potentielle » le fait qu’une camionnette ait fauché des piétons dans la nuit à Londres, tuant un homme.

« La police a confirmé que c’était traité comme une attaque terroriste potentielle », a dit la Première ministre.

Elle a annoncé une réunion d’urgence dans la matinée, après cette attaque survenue à proximité de la mosquée de Finsbury Park dans le nord-est de Londres.

6 h 30 : Deux personnes ont été soignées sur place pour « des blessures mineures », précise la police.

« À ce stade de l’enquête, aucun autre suspect n’a été identifié », selon la police, qui précise que « du fait de la nature de l’événement, des renforts de police ont été déployés afin de rassurer les communautés », en particulier la communauté musulmane qui « observe le ramadan » en ce moment.

6 h 20 : Une camionnette a fauché plusieurs piétons dans la nuit de dimanche à lundi dans le nord-est de Londres, faisant au moins un mort et huit blessés.

L’attaque a eu lieu à proximité de la mosquée de Finsbury Park.

Un homme a été prononcé mort sur les lieux de l’attaque et les huit blessés ont été conduits dans trois hôpitaux différents.

Le conducteur de la camionnette, âgé de 48 ans, a été immobilisé par les personnes sur place et arrêté.

La police antiterroriste a été saisie.

Plusieurs ambulances dépêchées sur place

« La police a été appelée juste après 00H20 (23H20 GMT) après le signalement qu’un véhicule était entré en collision avec des piétons », a-t-elle indiqué dans un communiqué.

Le service des ambulances de Londres a envoyé plusieurs équipes sur un incident sur Seven Sisters Road ainsi qu’une équipe spécialisée des ambulances volantes, a-t-il indiqué.

La police a coupé la circulation autour des lieux de l’attaque et dressé un cordon de sécurité.

Les fidèles d’une mosquée visés ?

Selon plusieurs associations musulmanes dont le Conseil musulman du Royaume-Uni (MCB), organisation représentative des musulmans britanniques, l’incident s’est déroulé devant une mosquée.

« Nous avons été informés qu’une camionnette avait percuté des fidèles alors qu’ils quittaient la mosquée de Finsbury Park. Nos prières vont aux victimes », a-t-il tweeté.

Les témoins racontent

« Horrible de voir des policiers faire des massages cardiaques à des gens allongés par terre en espérant désespérément les sauver », a écrit sur Twitter Cynthia Vanzella, témoin de la scène.

« Nous avons vu beaucoup de personnes crier et beaucoup de blessés», a déclaré à l’AFP David Robinson, 41 ans, arrivé sur les lieux après l’incident.

« Il semble que la mosquée était la cible », a-t-il ajouté.
Un autre témoin de 19 ans, qui n’a pas voulu décliner son nom, a dit avoir vu un «van blanc avec trois hommes à bord ».

Harun Khan, à la tête du MCB, a affirmé que le véhicule avait « intentionnellement » foncé sur les fidèles quittant la mosquée, toujours sur Twitter.

Mohammed Shafiq, à la tête de l’organisation musulmane Ramadhan Foundation, a condamné cette « attaque malveillante », dans un communiqué.

« S’il est confirmé qu’il s’agit d’une attaque délibérée, alors elle doit être considérée comme un acte de terrorisme », a-t-il ajouté.

L’association musulmane de défense des droits de l’Homme Cage a elle dénoncé «la hausse rampante de l’islamophobie» et appelé «au calme».

Réactions politiques

Evoquant « un événement terrible », la Première ministre Theresa May a dit que « ses pensées étaient avec les blessés, leurs proches et les secours sur place ».

Le chef de l’opposition travailliste, Jeremy Corbyn, s’est dit « totalement choqué » par cet événement, sur Twitter.

Une mosquée au passé islamiste

La mosquée de Finsbury Park était connue, au début des années 2000, pour être un haut lieu des militants islamistes de Londres qui venaient écouter les prêches enflammés d’Abou Hamza.

Ce prêcheur d’origine égyptienne a été condamné à la prison à perpétuité en janvier 2015 aux Etats-Unis pour onze chefs d’inculpation liés à une prise d’otages et pour terrorisme.

La direction de la mosquée a depuis changé mais des lettres de menaces avaient été reçues après les attentats à Paris en novembre 2015.

Source

Partagez cette info