Menu

Faits divers | Terrorisme : Abdelkader Merah condamné à 20 ans de prison


Abdelkader Merah a été reconnu coupable d’association de malfaiteurs en lien avec une entreprise terroriste, mais pas des faits de complicité. Il a été condamné à 20 ans de prison ferme, avec une peine de sûreté des deux tiers.

« Si Abelkader Merah partageait bien les motivations de son frère, aucun élément de la procédure ne permet de montrer qu’il connaissait les objectifs visés et les crimes commis par son frère », a expliqué le président de la Cour d’assises spéciale.

L’autre accusé, Fettah Malki, qui « ne pouvait ignorer la nature de l’idéologie extrémiste et radicale de  Mohamed Merah », a également été reconnu coupable d’association de malfaiteurs. Il écope de 14 ans de prison, avec une peine de sûreté des deux tiers. Une décision dont son avocat a annoncé qu’il ferait appel.

Un procès hors norme

Avant que les magistrats ne se retirent pour délibérer, le principal accusé de ce procès hors norme avait de nouveau clamé son innocence depuis son box : « Je dis et je redis que je n’ai rien à voir avec les assassinats commis par mon frère. »

Après cinq semaines d’audiences sous haute tension, marquées par les témoignages poignants de proches de victimes du jeune djihadiste Mohamed Merah, ce jugement était très attendu dans le contexte d’une menace terroriste persistante depuis la vague d’attentats sans précédent ayant frappé la France.

« Potentialité terroriste »

L’avocate générale, Naïma Rudloff, avait réclamé les peines maximales encourues en appelant la cour à donner « une leçon de démocratie » en démasquant le « nouveau visage » du terrorisme. Celui qui entend « répandre l’islam par l’intimidation et la terreur » à travers « une idéologie totalitaire maquillée de religiosité ».

La défense de Abdelkader Merah a plaidé l’acquittement, demandant à la cour de juger « dans le respect du droit » et en constatant « l’absence de preuve » des assertions de l’accusation. Les avocats de Fettah Malki ont également demandé à ce que leur client soit jugé pour ce qu’il est et ce qu’il a fait et pas pour « une potentialité terroriste » avancée sans preuve par l’avocate générale.

Sept assassinats

Abdelkader Merah, 35 ans, était accusé d’avoir « sciemment » facilité « la préparation » des crimes de son frère en l’aidant à dérober un scooter et à acheter un blouson utilisés lors des tueries. Il est également accusé d’avoir participé « à un groupement criminel affilié à Al-Qaïda ». La justice reprochait à Fettah Malki d’avoir fourni à Mohamed Merah un gilet pare-balles et un pistolet-mitrailleur.

Entre le 11 et le 19 mars 2012, Mohamed Merah a assassiné sept personnes à Toulouse et Montauban, avant d’être abattu le 22 mars par les forces d’élite de la police.

Source

Partagez cette info