Menu

La riposte judiciaire de Tariq Ramadan



En pleine tourmente judiciaire, Tariq Ramadan contre-attaque. Mardi, par l’intermédiaire de ses avocats, le théologien suisse a porté plainte contre X pour subornation de témoin. L’islamologue fait l’objet depuis le 24 octobre dernier d’une enquête préliminaire pour viol, agression sexuelle, violence et menace de mort ouverte par le parquet de Paris après la plainte, déposée quatre jours plus tôt, par Henda Ayari, une ancienne salafiste qui l’accuse de l’avoir agressée en mars 2012 dans une chambre d’hôtel.

Depuis, une seconde femme a également porté plainte en dénonçant des agissements similaires qui se seraient produits en 2009 à Lyon (Rhône). Tariq Ramadan nie catégoriquement les faits. Sur sa page Facebook, il a dénoncé «une campagne de calomnie». Il a d’ores et déjà porté plainte contre Henda Ayari pour dénonciation calomnieuse.

En déposant plainte pour subornation de témoin, le petit-fils du fondateur des Frères Musulmans vise les conditions dans lesquelles ses différentes accusatrices ont été amenées à saisir la justice. Sa défense s’interroge sur une éventuelle entente préalable entre elles. Henda Ayari a indiqué que c’est le lancement de la campagne #BalanceTonPorc qui l’avait incité à agir au grand jour.

LIRE AUSSI >Accusations de viol et d’agression sexuelle : l’Ă©tau se resserre sur Tariq Ramadan

Dans la lignée de cette plainte pour subornation de témoin, la défense de Tariq Ramadan s’interroge également sur les récentes déclarations de l’essayiste Caroline Fourest, l’une des principales opposantes du théologien auquel elle a consacré un livre en en 2004 («Frère Tariq», éditions Grasset). A plusieurs reprises ces derniers jours, cette dernière a expliqué qu’en 2009, elle avait présenté une victime présumée de l’islamologue à un juge.

«Mais cette personne a été clairement intimidée, menacée. Elle m’a fait savoir qu’elle ne pouvait pas, qu’elle ne se sentait pas d’aller au bout», a-t-elle précisé au micro de RTL. Pour les avocats du théologien controversé, qui ont sollicité le parquet en ce sens, il conviendrait d’identifier cette femme mais aussi le magistrat en question et procéder à son audition afin de confirmer l’existence de ce rendez-vous. Ses conseils estiment que, si la rencontre a bien eu lieu mais n’a donné lieu, à l’époque, à aucune dénonciation au parquet, alors les accusations contre le prédicateur sont fragilisées.

Tariq Ramadan a indiqué qu’il se tenait à la disposition de la justice à laquelle il réserve ses déclarations.

Source

Partagez cette info