Menu

récit d’une dramatique soirée « Article « Voix du Jura



Poligny, le 22 août 2016. Alors que la fête foraine bat son plein dans une ambiance festive et joyeuse, un drame se noue à quelques pas de là ; il est 22 heures. Élise* est avec six de ses amis, tous mineurs, sous le kiosque en train de profiter de cette fin de soirée, entre rires et insouciance de jeunesse. C’est à ce moment qu’elle voit arriver l’une de ses connaissances : Mathilde*, une jeune femme de 27 ans, accompagnée de Jonathan Gras, 26 ans, son petit ami de l’époque. Les deux filles se saluent. Mais tout dérape lorsque, prise d’un incompréhensible coup de sang, Mathilde saisie sa cadette par les cheveux pour la tirer à l’autre bout du kiosque, pendant que Jonathan, qui tient son chien d’attaque en laisse, maintient les camarades de l’adolescente à distance.

Des coups de talon dans le visage

Durant 15 minutes, Élise subira les assauts de la jeune femme : gifles, coups de poing, coups de pied ; la violence va crescendo, jusqu’à ce que Mathilde saisisse sa chaussure à talon aiguille pour frapper l’adolescente au visage. Terrorisés par la scène qui se déroule sous leurs yeux, les six camarades d’Élise doivent eux, faire face aux intimidations verbales et aux menaces toujours plus pressentes de Jonathan Gras, qui continue à les tenir en respect à l’aide de son chien.

Une soirée d’horreur qui a marqué, tant physiquement que psychologiquement ces jeunes, qui depuis plusieurs mois, peinent à se remettre des violences qu’ils ont subies. Ce mardi 25 avril 2017, seul Camille*, l’une des camarades d’Élise présente ce soir-là, a osé venir au tribunal de Grande Instance de Lons-le-Saunier, accompagnée des parents de ses autres camarades, pour assister au jugement de leurs agresseurs d’hier. Mais seule était présente Mathilde à la barre, son ancien petit ami, lui, ayant pris la fuite afin d’échapper à la justice.

Tous attendaient donc que la jeune femme de 27 ans explique les raisons qui l’ont poussé à agresser, semblerait-il gratuitement, la jeune adolescente. « Je crois qu’Élise m’a appelé quand je suis passée près du kiosque, et que je l’ai mal pris. Mais je ne me souviens pas bien de toute la soirée. J’avais fait un mélange d’alcool, de cannabis et de médicament ; je n’étais plus moi-même. »

« C’est vraiment impardonnable »

La voix chevrotante, des sanglots dans les yeux, Mathilde tante de s’expliquer, tant bien que mal. « J’étais dans une période difficile de ma vie depuis l’accident de voiture de ma sœur. Mon père, en pleine dépression m’appelait tous les jours. J’étais en train de vivre une semaine horrible dans ma relation avec Jonathan. Je ne me reconnais pas, ce n’est pas moi qui ai fait ça. Vraiment je regrette, je suis désolé. On ne peut pas excuser ce que j’ai fait, c’est vraiment impardonnable. »

Des excuses que les parents des jeunes victimes ont semblé entendre. Mais ce que tous ont regretté, c’est l’absence de Jonathan Gras. « Ce garçon est dans la nature, ce qui inquiète tout le monde. » Un stress quotidien avec lequel les adolescents doivent vivre, et que la justice a entendu. Le jeune homme a été condamné à un an de prison ferme, alors que le parquet avait demandé 3 mois ; un moyen pour la justice de délivrer un mandat d’arrêt contre lui, afin de le retrouver au plus vite. Mathilde, elle, sera condamnée à 6 mois de prison avec sursis.

*les prénoms ont été modifiés.

Source

Partagez cette info