Menu

sept personnes mises en examen pour « tentatives de meurtres »


Elles sont soupçonnées d’avoir « directement participé », en octobre, à l’incendie de deux voitures de police occupées par quatre agents en mission de surveillance.

Au début d’octobre, une quinzaine de personnes avaient agressé quatre policiers à Viry-Châtillon (Essonne).

Sept personnes ont été mises en examen vendredi 20 janvier dans l’enquête sur l’attaque de policiers au début du mois d’octobre à Viry-Châtillon (Essonne), a annoncé le parquet. Toutes originaires du quartier de la Grande Borne, elles sont mises en examen « du chef de tentatives de meurtre sur personnes dépositaires de l’autorité publique commise en bande organisée », et ont été placées en détention, a écrit le parquet dans un communiqué. 

Pour ce type de crime, les sept personnes mises en examen encourent la réclusion criminelle à perpétuité. Parmi elles, trois étaient mineures au moment des faits.

« Il y a préméditation, dans le sens où les coktails molotov ont été préparés à l’avance », a expliqué vendredi, en fin de matinée, le procureur d’Evry, Eric Lallement, au cours d’une conférence de presse. Durant leur garde à vue, six « ont nié toute participation aux faits ». Le septième « a reconnu être présent, mais avoir seulement jeté des cailloux », a poursuivi le procureur.

En début de semaine, douze personnes âgées de 17 à 19 ans avaient été interpellées. Cinq d’entre elles ont été relâchées et ont « a priori été mises hors de cause », a précisé le procureur d’Evry.

Lire aussi :
 

Agression de policiers à Viry-Châtillon : onze personnes interpellées

Deux policiers grièvement blessés

Au début d’octobre, une quinzaine d’agresseurs avaient incendié deux voitures de police occupées par quatre agents en mission. Les policiers surveillaient une caméra installée près d’un carrefour, connu pour ses vols avec violences sur des automobilistes. Deux d’entre eux ont été grièvement brûlés. Cette agression avait déclenché un mouvement de colère des policiers sur tout le territoire, inédit par son ampleur.

Depuis cette attaque, trois des quatre policiers visés ont été mutés dans les services de leur choix, selon le procureur. Le quatrième, le plus sévèrement brûlé, a été promu gardien de la paix.

Source

Partagez cette info