Menu

Vannes. Le syndicat de police Unité SGP FO dénonce les violences urbaines



Après les violences urbaines qui ont secoué Vannes, dans la nuit de mardi à mercredi, le syndicat de police Unité SGP FO évoque « une attaque » et « un déchaînement de violence ».

« Ces violences à Vannes et ces agressions contre les pompiers et forces de l’ordre sont intolérables et tous les moyens doivent être pris pour les faire cesser », déclare Dominique Le Dourner, le secrétaire départemental du syndicat de police Unité SGP FO.

Dans la nuit de mardi à mercredi, dans le quartier de Ménimur, des violences ont éclatées et les services de secours, dépêchés sur place pour éteindre les incendies allumés, ont été victimes de jets d’objets divers et de violences.

« Après l’attaque du commissariat de Vannes vendredi dernier par les forains venus libérés l’un d’entre eux, interpellés quelques heures auparavant, où il faudra le soutien d’un peloton d’intervention de la gendarmerie, c’est une nouvelle fois un déchainement de violences qui aura semé le trouble et la peur dans un des quartiers vannetais », ajoute le syndicaliste.

Un manque d’effectifs

Dans un communiqué, le syndicat Unité SGP FO « condamne de tels actes qui, malheureusement, ont tendance à se reproduire de plus en plus fréquemment, et attend une réponse ferme des autorités administratives et judiciaires départementales ».

Il ajoute que « cette situation ne peut plus durer et montre à quel point le dispositif policier n’est plus adapté à la situation Morbihannaise actuelle ».

Le syndicat de police, qui dit réaffirmer son soutien aux policiers vannetais, pointe du doigt aussi le manque d’effectifs. « Si le renfort de forces de l’ordre semble être aujourd’hui une nécessité pour faire revenir la tranquillité, c’est surtout un besoin criant en effectifs dont le commissariat de Vannes a besoin ».

Pour la police vannetaise, « il est urgent que le Ministère de l’Intérieur prenne acte de l’augmentation de ces agressions et violences dans la région Vannetaise et affecte rapidement des personnels pour compléter les effectifs. » 

Source

Partagez cette info